[Article initialement posté le jeudi 11 février 2010 sur Citations à la con]

Ce post est une réponse à une note Facebook (lien) mais pas dans le sens strict. Ce n’est pas une pure réaction à la note, mais juste une vision différente du sujet abordé dans la note précitée : la liberté.

Dans la note L’oiseau libre, la liberté est présentée comme relative et non absolue : une liberté restreinte dans un « cadre rouge » défini par les dogmes et les normes sociales. Ma vision est différente.

Je me dois de vous renvoyer à la pyramide des besoins de Maslow . Ce psychologue du 20ème siècle met l’appartenance au 3ème rang des besoins humains. La société humaine a développé (ou « a été conçue de telle forme qu’elle développerait » pour être plus rigoureux ou selon les croyances) des mécanismes permettant la cohésion sociale pour répondre à ce besoin. Et cette cohésion sociale est plus importante pour l’individu que sa réalisation propre, sa liberté.

La liberté, si elle est atteinte par chacun, conduirait de facto à l’anarchie. Atteindre le 5ème palier revient à renoncer, à détruire, à réduire à néant le 3ème palier. Atteindre la liberté crait donc le besoin d’y renoncer. Paradoxal!

Pourquoi cherchons-nous à être libre? Pourquoi sommes nous enclins à vivre cette quête de la liberté? Pourquoi tant d’Hommes vivent, combattent, militent et meurent pour cette liberté malgré le danger que ça représente pour leur société ?

Ma réponse ? Pour l’évolution.

Je m’explique. Une société où les mécanismes de cohésion sociale seraient si puissants est une société immuable, inerte, qui n’évolue pas. La quête de la liberté est un mécanisme qui pousse les plus téméraires de ses membres, les plus accomplis (dans le sens qu’ils ont atteint un haut niveau dans la réalisation de leurs besoins) à essayer de changer les choses. Leurs rôles, en tant qu’êtres évolués est de remettre en question les dogmes de la société, non pas pour se libérer, mais pour en créer d’autres qu’ils jugeront meilleurs.

Ce pouvoir créateur, s’il était à la main de chacun, conduirait l’humanité à sa perte, conduirait toute société à sa dislocation. Il doit être restreint à certaines personnes.

La liberté, dans son sens le plus strict ne peut être jamais atteinte. La quête de la liberté est l’illusion qui pousse l’humanité à aller de l’avant. Tel l’âne qui poursuit sa carotte sans jamais l’atteindre, nous devons puirsuivre l’illusoire liberté sans nous arrêter.

âne et carotte | Source : http://www.custombrigad.com/forum/viewtopic.php?t=4824&sid=603e40dcf5cd0676cd60bf45628d0ed7

Âne et carotte